The Sons of Empire -2015
Huile sur toile - 81X116cm

Heather Augustyn - July 2016

On a piss-stained mattress
on the floor of a flat in Brixton,
Desmond dreams of mangoes.
He squints, ache in his bones,
laboring long days at the Sunlight Laundry.
What an ironic name, he smirks.
His muscles pulse with the clash of the dryer drum,
the sizzle of the steam press,
wisps of mist escaping, tails licking the air.
His muscles pulse with the akete, funde, bass.
In the Wareika Hills, he sees her breasts sway,
feet pressing into the dirt, jump to the one drop.
How shall we sing
the Lord's song in a strange land.
This is how,
with Duke Vin and Count Suckle.
This is how,
through Armagideon and Assassin and Earth Rocker.
This is how,
at Notting Hill and Leeds and St. Paul.
This is how,
at Sunlight Laundry and a mattress in Brixton.

Heather Augustyn - 2016

Les Enfants de L’Empire

 

Sur un matelastaché de pisse                                    

à même le plancher d’un appart de Brixton,

Desmond rêve de mangues.

Il a le regard torve, des douleurs dans tous les os

s’épuisant de longues journées à « Sunlight Laundry ».

Il se gausse de ce nom ridicule.

Ses muscles palpitent au rythme du battement des tambours du séchoir,

du chuintement de la presse à vapeur

aux trainées de filaments qui s’échappent, dont les queues lèchent l’air.

Ses muscles vibrent aux rythmes du « akete », « funde », « bass ».

Dans les collines du « Wareika », il revoit ces seins se balancer,

les pieds plantés dans la terre, dansés sur le « one drop ».

Ah, Comment peut-on chanter

la chanson du Seigneur sur une terre étrangère.             

Et voilà comment,

avec ‘Duke Vin’ et ‘Count Suckle’

et voilà comment,

à travers « Armagideon »et ‘Assassin’ et « Earth Rocker ».

Et voilà comment,

à « Notting Hill » et « Leeds » et « St Paul ».

Et voilà comment,

à la « Sunlight Laundry »

et un matelas à Brixton.

 

Brixton - winter 1995